Louise Kelh, photographe, chérit la lumière naturelle,
joue de l’apparence anodine du tragique,
convoque un quotidien discret qui regorge de chimères.